Quentin Antognelli défend les couleurs de la Fédération aux Régates Royales de Henley

Dernière mise à jour : août 21

A peine rentré de Tokyo, Quentin a repris le chemin du Royaume Uni.

Au programme toutefois, ce n’est pas l’entrainement en huit avec ses co-équipiers d’Oxford Brookes pour préparer le Grand Challenge des prestigieuses Régates Royales d’Henley qui l’attend, mais une stricte quarantaine rendue obligatoire par les nouvelles restrictions sanitaires britanniques. A l’issue de celle-ci, il a finalement pu être engagé à Henley en double scull avec le rameur poids léger britannique Jamie Copus.



Après seulement 5 jours d’entrainement difficiles en commun avec les remplaçants du deux sans barreur anglais engagé à Tokyo, ils finissent par se trouver et parviennent à améliorer leurs temps avant le début des épreuves.


A l’issue du premier tirage au sort ils sont opposés en quart de finale à un équipage américain qui a participé aux sélections US pour les jeux de Tokyo. IIs gagnent avec plus de quatre longueurs d'avance.


Le sort leur sera moins clément pour les demi- finales. Quentin et Jamie se retrouvent opposés aux grands favoris Irlandais sacrés champions Olympiques à Tokyo il y a 15 jours et détenteurs du meilleur temps mondial de la discipline.

Après un excellent départ et un premier 1000 exceptionnel qui poussent les irlandais dans leurs derniers retranchements, Quentin et Jamie peuvent encore croire à l'exploit, mais les irlandais augmentent leur cadence et les passent un peu avant la "Steward's Enclosure" . Ils ne s’inclineront finalement que de ¾ de longueur face aux champions olympiques.


Ces mêmes Irlandais remporteront facilement la finale du lendemain.



Voilà une bien honorable façon de défendre les couleurs de la fédération monégasque à l’occasion de ces prestigieuses régates.


Posts récents

Voir tout

Le Mot du Président

Cher(e)s Sociétaires, Quel été nous avons passé ! Celui-ci s’annonçait chargé en actions et en émotions et il a bien tenu toutes ses promesses. Nos rameuses et rameurs ont décroché, sans aucun doute,