Claire Bové: une parole d'argent à la SNM

Dernière mise à jour : oct. 29


C'est une rencontre exceptionnelle entre Claire Bové, médaillée d'argent aux Jeux olympiques de Tokyo et les jeunes de la Société Nautique qui a eu lieu le mercredi 6 octobre à la SNM. Présente en Principauté à l'occasion des Sportel Awards, la rameuse de l'équipe de France est venue se présenter et discuter avec les jeunes sociétaires de la SNM.


Pour l'occasion, l'entraînement avait été suspendu et les cadets, minimes et juniors du Club étaient rassemblés dans la Salle d'Honneur.

La rencontre a commencé par le visionnage de la course qui l'a consacrée vice-championne olympique avec sa partenaire Laura Tarentola, en juillet dernier au Japon. La jeune femme de 23 ans, après une courte introduction du Président de la SNM, Mathias Raymond, s'est présentée et a raconté son aventure olympique et son parcours d'athlète de haut niveau devant des adolescents qui buvaient ses paroles.


Simple, directe et sans langue de bois, Claire Bové a vite mis à l'aise les jeunes rameurs passionnés. Le dialogue s'est ensuite instauré et les questions sont arrivées. Si quelques-unes étaient légères, les questions posées se sont distinguées par leur maturité. Et les jeunes du club ont échangé sans tabous sur tous les sujets d'une vie de rameur de haut niveau. On a parlé technique avec les entraînements, logistique pour l'équilibre entre études, sport et vie privée ou même financière: tous les sujets importants ont été abordés.


Pour clore cette rencontre, Claire Bové a distribué des photos dédicacées à chacun avant de recevoir des mains du vice-président Roland Weill une combinaison aux couleurs de la SNM et deux casquettes du Club.

La vice-championne a ensuite sorti LA médaille d'argent ramenée du Japon et s'est prêtée avec beaucoup de grâce au jeu des photos.











Posts récents

Voir tout

Le Mot du Président

Cher(e)s Sociétaires, Quel été nous avons passé ! Celui-ci s’annonçait chargé en actions et en émotions et il a bien tenu toutes ses promesses. Nos rameuses et rameurs ont décroché, sans aucun doute,