Les Beach Rowing Sprint de Coline Caussin-Battaglia



Coline a grandi à la Société Nautique de Monaco à qui elle a offert quelques jolis titres au cours de sa carrière de rameuse. Championne de France à la Mer en 4, la demoiselle aux yeux clairs s'est également hissée sur la troisième marche du podium aux Championnats du Monde d'Aviron de Mer à Victoria en 4X+SF ainsi qu'aux Jeux Méditerranéens de Plage en double féminin, entre autres.

A la Seyne-sur-Mer, elle courait sous les couleurs de Bordeaux, où elle était inscrite cette année pour ses études. Nonobstant, l'ADN de cette bordelaise d'un jour est rouge et blanc et la Monégasque revient sur cette compétition pas comme les autres d'où elle ramène, outre une belle bosse, deux médailles d'argent, l'une en solo et l'autre en double mixte aux côtés de Gislain Bohrer.


Comment trouves-tu le Beach Rowing Sprint par rapport aux autres disciplines de l’aviron ?


Franchement, je trouve cette discipline vraiment sympa et je m'éclate sur ces courses ! Comme pour l'aviron de mer, le BRS est une discipline avec une ambiance générale bien différente des autres courses d'aviron ; en BRS, l'ambiance est plus "cool" et "relax" bien que celle-ci ait sa part de stress aussi. Le buzzer, le système de course 2v2 ou encore la musique (plutôt stressante) du début de course sont des éléments significatifs de cette discipline, on les retrouve seulement en BRS ce qui crée une toute autre atmosphère. Personnellement, je trouve que le format des sprints en général est novateur et permet à divers profils de pouvoir performer.



Selon toi, quelles qualités sont nécessaires pour performer en BRS ?


Le BRS est une discipline qui permet d'employer une filière énergétique différente de celle que l'on utilise en général en aviron de rivière ou même de mer, puisque ce sont généralement des distances longues entre 2k et 6k. Ici, il s'agit d'être rapide et explosif sur une très courte durée puisque c'est un sprint, si on est trop "lent" au départ ou au virement de bouée, on a généralement très peu de temps pour rattraper son retard. Mais les qualités physiques ne sont rien si tu n'as pas l'expérience de la navigation ; c'est ça qui fait la différence compte tenu de l'imprévisibilité des courses.

Je dirais que le starter pack des qualités en BRS sont : l'explosivité, la navigation et l'agilité. Il te faut donc :

1. De bons réflexes pour courir, sauter, ramer et buzzer.

2. Une bonne expérience en aviron de mer en général et sous toutes conditions météorologiques, car l'entièreté de la course peut basculer en fonction de la météo ou de ta navigation, je dis ça en connaissance de cause ; avec Gislain lors notre finale on a découlissé 2 fois ce qui nous a probablement coûté le titre de champion de France.

3. L'entrée et la sortie du bateau y font aussi, il faut être réactif et pouvoir sauter dans le bateau et hors du bateau tout en évitant de se "ramasser" dans le sable ou dans l'eau. Une bonne réactivité est aussi nécessaire surtout quand tu te prends un coup de portant dans la tête en sortant du bateau si celui-ci te tombe dessus... 😅


Quelles sont les difficultés spécifiques à la discipline ?


Je pense que la difficulté principale est le hasard en fait parce que tu ne peux jamais vraiment avoir un plan de ta course comme sur un 2K où tu te dis "je vais faire ça, une relance ici et un enlevage à partir de là". En BRS tu dois analyser directement pendant ta course et tu t'adaptes, si tu ne sais pas prendre de décision seule eh ben là est la réelle difficulté. Du coup je pense qu'on pourrait même rajouter que pour faire du BRS il faut savoir s'adapter et être aussi rapide physiquement que mentalement. La difficulté est d'avoir toutes les infos en tête prêtent à être dégainées pendant la course, car si tu te trompes de bouée ou que tu prends une mauvaise trajectoire tu seras directement éliminé et tu perdras ton ticket pour la suite.


Quel est ton souvenir le plus marquant de ce premier championnat de France ?


Concernant le souvenir le plus marquant de ce championnat, c'est très personnel, mais je dirai que le soutien que j'ai eu des personnes qui me sont très chères qui étaient présentes, de mes coéquipiers et coéquipières était dingue ! Je les entendais crier à tous mes départs pour m'encourager et à toutes mes sorties de bateau pour que je me dépêche d'aller buzzer. J'étais toujours entourée juste avant mon départ et directement après ma course et c'est de cette ambiance très particulière que je parlais précédemment. Puis en plus j'ai pu partager le podium avec un de mes meilleurs amis et ça, je pense que ça ne peut qu'être un super souvenir !!

Un autre petit souvenir qui aura laissé une bonne marque sur ma tête par contre ça aura été le coup de dame de nage sur ma tête quand mon solo s'est retourné sur moi en quart de finale haha.


Quel serait ton conseil pour des rameurs qui voudraient se préparer au BRS ?


Pour se préparer au BRS je dirai qu'il faut déjà s'entraîner à ramer en mer que ce soit plat ou avec de la houle, parce que c'est là que l'on peut sentir le bateau et apprendre à bien surfer ou au moins à ramer dans ces bateaux. Faut aussi bosser l'entrée et la sortie du bateau absolument !! Ensuite, il faut s'entraîner sur de courtes distances, c'est du sprint il faut donc faire de l'explosif ; sur l'ergo je faisais des 10x500m, de l'intervalle 1min/1min, des pyramides et même des entraînements bizarres que Gislain m'envoyait à faire. Le tout, c'est d'entraîner son corps a dégainer le max que ce soit en courant ou en ramant, et de travailler sur la récupération entre chaque course, car les intervalles sont très cours plus on se rapproche de la finale, c'est pour ça que des 10x500 sont bien par exemple, mais si tu veux d'autres exemples d'entraînement bizarres et horribles à faire tu peux demander à Clément ou Gislain, ils font une bonne paire pour mettre KO !